mardi 15 décembre 2015

"Poutine fait du bien à la Russie"

Le 14 décembre dernier entrait en gare de Tblissi, capitale de la Géorgie, un train de fret en provenance de Chine. Le premier ministre géorgien Irakli Garibachvili présent pour l'occasion se "réjouissait que ce train soit décoré symboliquement des drapeaux de la Géorgie, de l'Azerbaïdjan, de la Turquie, du Kazakhstan et de l'UE. Il est désormais possible en un temps inouï, 8 à 10 jours, d'amener une cargaison en Géorgie et de là en 3 à 5 jours jusqu'en Europe".




S'incrivant dans le projet chinois de "Nouvelle Route de la Soie, cet axe ferroviaire passant par le Kazakhstan et la Géorgie est la première portion d'une ligne qui reliera directement Pékin aux grandes villes européennes en une dizaine de jours. Il permettra de réduire de manière significative le coût et le temps de transport des marchandises entre l'Asie et l'Europe qui prend une quarantaine de jour par voie maritime.


Il est à noter que cet ligne évite de passer sur le territoire russe. Le projet originel prévoyait que la ligne emprunte une portion du trans-sibérien et fasse étape à Moscou. Le manque d'intérêt des autorités russes pour l'entretien et la mise aux normes de cette ligne ainsi que la crise économique russe auront eu raison de ce projet.



Les premiers effets de l'embargo décrété par Moscou contre la Turquie commencent à se faire sentir. L'usine Toyota de Saint Petersbourg est en chômage technique, faute d'avoir reçu les pièces détachées nécessaires à la production et fabriquée ... en Turquie !


Selon le vice-gouverneur de St Petersbourg, Toyota n'a pu recevoir aucun des certificats de douane qui permettent aux pièces de franchir la frontière. Renault-Nissan s'est plaint de retard similaires. Tout cela s'ajoute à la crise que connaît l'industrie automobile russe : les ventes ont baissé de 42% cette année en raison des conditions économiques difficiles. On se souvient que General Motors et Volkswagen ont déjà quitté la Russie en début d'année.

C'est le géant de l'électronique Toshiba qui vient d'annoncer qu'il retirait du marché russe son département télévision et électroménager. Le directeur général de Toshiba-Russie avance comme raison "la compétition très élevée et les fluctuations du taux de change du rouble". Pour Kunihiro Nomura de l'organisation japonaise du commerce extérieur, (JETRO) : "C'est la décision de chaque société membre de JETRO, parce que l'économie russe est en crise et que la situation va en se dégradant. Bien sûr que les sociétés réduisent leur activité". Durant le 3ème semestre 2015 le marché de l'électroménager a diminué de 2.4%, soit 11,2% qu'à la même époque l'année dernière.

Lors du Forum économique de Moscou consacré aux menaces qui pèsent sur l'économie russe, l'entrepreneur Dmitri Potapenko a vivement mis en cause la politique économique du Kremlin. "Je ne vois pas de défis venant de l’extérieur", a déclaré d’emblée l’entrepreneur, se targuant d’avoir développé depuis plusieurs années des relations commerciales avec certains pays européens et la Chine. "En revanche, les quatre coups qui [nous] ont mis KO ont été portés exclusivement par nos pouvoirs économiques". Ces quatre coups sont, selon lui, l’embargo russe sur les produits européens, le décret présidentiel qui destine à la destruction les produits placés sous embargo mais ayant franchi la frontière, les taux d’emprunts exorbitants et la taxe sur les poids lourds, qui a soulevé un vent de contestation des routiers dans tout le pays depuis sa mise en place en novembre.

En plus des investissements chinois, et après le prêt de 100 millions d'euros sans intérêts consenti par la Suède, c'est au tour de la Pologne d'ouvrir une ligne de crédit d'un milliard de dollars au bénéfice de l'Ukraine.


Je laisse le mot de la fin au géostratège indépendant Xavier Moreau qui intervient ici sur la chaîne tout aussi indépendante Libertés TV, où il nous chante les louanges forcément désintéressées d'un Poutine "homme de la longue durée" et qui décidément "fait du bien à la Russie"...

5 commentaires:

  1. Moreau, décidément le laveur de carreaux - pardon, de cerveaux - du Kremlin... Comment peut-on tomber si bas ? Eh bien, juste par intérêt, après avoir dépassé le point de non-retour. Pitoyable.

    RépondreSupprimer
  2. Moreau, qui est allé faire la tournée des popotes dans le Donbass avec d'autres français aussi perchés que lui, tous ont déclaré "l'armée ukrainienne procède a des attaques chimiques sur des hopitaux d'enfants".

    Après 2ans de point Godwin, on remarque depuis le 13 novembre et les attentats de Paris, une multiplication des points Daesh. La propagande russe tente - maladroitement - de faire le rapprochement Ukraine/Daesh, accusant Kyiv de vendre des armes à l'organisation terroriste.

    RépondreSupprimer
  3. Moreau va réussir l'union des droites, soyez sympa. :-)

    RépondreSupprimer
  4. justement l’Ukraine rejoint la Route de la Soie

    http://azertag.az/fr/xeber/france-916436

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien. Dire que certains nous baratinent encore avec les BRICs et la réorientation de la Russie à l'est...

      Supprimer