lundi 9 novembre 2015

Opération Delikatesse.

Le service d'espionnage de la Stasi a recruté l'agent Gaby, qui fait carrière au sein du service de renseignement ouest-allemand : le BND. Elle atteint le poste de directrice adjointe du service politique URSS, elle fournit à la STASI des analyses sur les intentions de l'ouest vis-à-vis de l'Union Soviétique. Curieusement, c'est par le biais du BND, que la STASI avait une vue d'ensemble des activités des alliés : 

"Les rapports [de Gaby] nous donnaient aussi des pistes sur de possibles agents du BND à l'est. Plus important, nous avions une vue plus large du monde au travers de ce que le BND appelait les informations au "ruban jaune", au sujet desquelles on sait très peu de choses. C'était le résultat de l'espionnage par le BND des propres alliés de la République Fédérale. La plupart de ces informations provenait d'une station d'écoute allemande, nom de code "Eismeer" (mer polaire), située près de Conil et Cadiz sur la côte atlantique de l'Espagne. Cette station d'écoute avait été créée dans les années 30, quand le régime nazi entretenait d'étroites relations avec l'Espagne de Franco. L'opération, qui portait le nom de code de "Delikatesse", consistait à espionner les lignes de communication  entre l'Afrique de l'Ouest et l'Europe et entre l'Amérique du Nord et du Sud, qui étaient utilisées par la CIA et les ambassades américaines. Toutes les transcriptions du BND qui concernaient des partenaires de la RFA portaient un ruban jaune afin de s'assurer qu'elles ne soient pas transmises accidentellement, de peur que les Alliés n'apprennent ce que la RFA avait entendu. La RFA, avec ses services secrets possédant les compétences techniques et des officiers de police munis d'outils de décryptage, pouvait théoriquement décoder les signaux de 14 nations alliées. Elle entretenait un partenariat très étroit avec les services secrets turcs, et pendant la guerre des Malouines en 1982, c'était le seul service capable de décoder les messages radios argentins pour le compte des Britanniques. L'efficacité technologique des services secrets ouest-allemands, et notre capacité à nous en servir grâce à Gaby et à d'autres sources, nous permettait de nous reposer sur eux. L'Allemagne de l'ouest faisait le sale travail d'espionner les USA, et nous volions leurs informations."

Markus Wolf, in "Memoirs of a spymaster : the man who waged a secret war against the West" pp 149-150

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire