samedi 8 août 2015

Poutine reconnaît avoir planifié la guerre en Géorgie. (article de 2012)

Le président russe a affirmé que l'offensive militaire contre la Géorgie avait été préméditée et préparée par l'état-major, sous ses ordres. Il a aussi reconnu que les militaires russes avaient armé et entraîné des milices locales en Ossétie du sud, l'une des régions séparatistes de Géorgie, au cœur du conflit d'août 2008.

Contrairement a ce qu'avait toujours prétendu Moscou - que l'offensive militaire lancée le 8 août 2008 n'avait été qu'une réponse à une attaque surprise de Tbilissi en Ossétie du sud 24 heures plus tôt - la guerre de Géorgie a été planifiée par l'état-major russe presque deux ans avant les événements. C'est Vladimir Poutine lui même qui vient de le confirmer à la télévision. «Il y avait un plan, ce n'est pas un secret… C'est dans le cadre de ce plan qu'a agi la Russie. Il a été préparé par l'état-major général, fin 2006 ou début 2007. Il a été approuvé par moi et convenu avec moi», a affirmé le président russe, qui était déjà aux manettes à l'époque, en tant que premier ministre. Selon ce plan, des armes lourdes et des troupes ont été préparées et mobilisées en vue d'une invasion prochaine de la Géorgie. 

À l'issue de cette guerre éclair de cinq jours, la Russie a reconnu l'indépendance des deux régions séparatistes de Géorgie, l'Ossétie du sud et l'Abkhazie. Contrairement au plan de paix international imposé aux belligérants par Nicolas Sarkozy, Moscou y maintient depuis d'importantes forces militaires.

Faisant voler en éclat ses précédentes déclarations selon lesquelles, jusqu'à la guerre, Moscou n'entretenait que des «gardiens de la paix» dans les régions séparatistes, Poutine a aussi reconnu pour la première fois que des militaires russes avaient pendant plus de deux ans formé et entraîné les milices locales avant l'offensive contre le régime de Tbilisi, en violation totale des lois internationales. «Dans le cadre de ce plan, un entraînement de miliciens d'Ossétie du sud a été effectué», a-t-il dit. Avant d'ajouter: «Nos spécialistes militaires pensaient initialement que ces milices ne pourraient pas aider dans une confrontation entre armées régulières, mais en fait, elles nous ont été fort utiles.»

La reconnaissance du caractère prémédité de l'agression militaire et de l'intégration des milices séparatistes d'Ossétie du sud dans le plan de l'état major russe met à mal la version officielle qui était jusque là fournie par Moscou, et parfois reprise, au nom d'intérêts diplomatiques ou économiques, jusqu'en Occident. Elle pose aussi des questions, selon l'analyste militaire russe Pavel Felgenhauer, sur «l'intégrité» du rapport de l'Union européenne rédigé par la diplomate suisse Heidi Tagliavini, «qui avait accusé les Géorgiens d'avoir commencé la guerre en attaquant des gardiens de la paix russes». Ce qui, selon la diplomate, avait justifié la réponse militaire russe.

Un pied de nez aux Occidentaux


Depuis quatre ans, le régime de Tbilissi répétait inlassablement que l'incursion armée en Géorgie, en août 2008, constituait «un acte d'agression prémédité contre une nation souveraine» et que l'attaque des forces géorgiennes n'avait été lancée que parce que les troupes russes s'apprêtaient à franchir la frontière. Selon le pouvoir géorgien, la guerre russe d'août 2008 était une réaction aux «premiers succès des réformes géorgiennes» qui, en offrant un exemple de développement à l'ancien espace soviétique, menaçaient le modèle russe. Elle était aussi une réponse à l'indépendance du Kosovo, désapprouvée par le Kremlin.

En assumant pleinement le caractère prémédité de l'offensive contre Tbilissi, Vladimir Poutine fait un pied de nez aux Occidentaux, qu'il affronte depuis plusieurs mois sur le dossier syrien et à qui il signifie ainsi qu'il n'a que faire des règlements internationaux. «Ce n'est pas une erreur de la part de Poutine», commente un proche du dossier. Le président russe a aussi réagi aux propos de son premier ministre, Dmitri Medvedev, qui tentait de se justifier après avoir été accusé de «faiblesse» et «d'indécision» au moment du déclenchement de la guerre par des généraux russes, dans un documentaire diffusé à l'occasion du quatrième anniversaire du conflit. Dans ce film, l'ancien chef d'état major Iouri Baluyevsky confirme lui aussi que l'invasion avait été planifiée de longue date et que les commandants avaient reçu des ordres de mission longtemps à l'avance.

Cette rhétorique n'est pas forcément de bonne augure pour l'avenir. Le président géorgien, Mikhail Saakachvili, redoute que la Russie fomente des troubles pendant les élections législatives qui auront lieu dans un mois. Réagissant aux aveux de Poutine, le gouvernement géorgien a appelé «la communauté internationale à continuer d'exercer des pressions sur la Russie pour qu'elle retirer ses forces d'occupation de la Géorgie et qu'elle respecte l'intégrité et la souveraineté territoriale de ses voisins. Le renforcement des positions militaires dans les régions sécessionnistes est considéré comme une «menace grave et immédiate à la sécurité de la Géorgie».

L'expert militaire Pavel Felgenhauer est l'un des rares à avoir prévu la guerre en 2008. Aujourd'hui, il tire à nouveau la sonnette d'alarme dans Eurasia Daily Monitor: «L'état-major général russe a sans doute un autre plan pour envahir et occuper le reste de la Géorgie. Comme en 2008, la décision de l'activer sera décidée par la même et unique personne, Vladimir Poutine.»

Source : http://www.lefigaro.fr/international/2012/08/10/01003-20120810ARTFIG00541-poutine-reconnait-avoir-planifie-la-guerre-en-georgie.php

2 commentaires:

  1. Pas entièrement convaincu ...

    Est-ce que Poutine a bien révélé l'existence d'un plan d'agression ou a-t-il simplement confirmé que la Russie n'avait pas été prise au dépourvu par l'attaque géorgienne, en confirmant de l'existence d'un plan "défensif" : il ne s'agissait bien évidemment pas de défendre la Russie mais bien les entités "indépendantistes" entretenues militairement et financièrement par la Russie.
    Dans ce cas, il ne s'agirait en rien d'une révélation mais bien d'une confirmation de ce qu'on savait déjà à l'époque ; et soit dit en passant, de ce que nombre d'entre nous soutenait, moi le premier ...

    Ceci étant dit, la question qui n'est pas réglée est de savoir si ces entités indépendantistes avaient reçu l'ordre de tirer sur des objectifs civils nécessitant une réponse armée de la part des forces militaires géorgiennes.
    ce qui confirmerait néanmoins que ce serait bien les Géorgiens qui auraient pris l'initiative offensive.

    Pour remettre les choses dans leur contexte, il me semble qu'à cette époque, les méthodes autoritaires de Saakachvili étaient de plus en plus contestées même si lui-même s'était retrouvé tout auréolé de s la récupération de l'autre province échappant jusque là à son contrôle, l'Adjarie ...
    S'est-il emballé dans l'idée de récupérer les autres républiques sécessionnistes ?
    L'explication d'une erreur de jugement du président géorgien mise à profit par le pouvoir russe pour "régler" le problème reste à mon avis la description la plus plausible des événements de cette époque.
    Ce discours de Poutine ne vient rien remettre en question puisqu'on peut l'interpréter de différente manière.

    RépondreSupprimer
  2. La Géorgie accuse la Russie de déplacer les marqueurs de sa frontière avec l’Ossétie du Sud, augmentant ainsi le territoire ossète aux dépens du sien, une « provocation » pouvant mener à une « escalade ». Selon Tbilissi, des marqueurs ont récemment été déplacés par Moscou à proximité de trois villages géorgiens. Les champs de certains habitants se seraient alors retrouvés au-delà de la ligne de démarcation, en territoire ossète.

    Le ministère des affaires étrangères a estimé qu’il s’agissait « encore d’un acte provocateur de Moscou qui menace la sécurité et la stabilité, et viole les droits fondamentaux des habitants ».

    12/08/2015 : http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/08/12/la-georgie-accuse-la-russie-de-deplacer-la-frontiere-en-ossetie-du-sud_4721484_3214.html

    RépondreSupprimer