mardi 10 mars 2015

Ecran de fumée.

C'est à l'âge de 40 ans que cet ardent communiste fut nommé Ambassadeur d'URSS en Hongrie. C'est là que 2 ans plus tard Andropov allait se faire un nom en jouant un rôle clef dans la répression de l'insurrection hongroise. Pendant la révolution de 1956, Andropov gagna la réputation de savoir garder la tête froide dans les situations de crise. Il fut d'une grande utilité pour le Kremlin lorsqu'il répétait inlassablement à Imre Nagy, le leader hongrois, que les troupes soviétiques n'envahissaient pas son pays mais qu'au contraire elles étaient en train de se retirer. C'était un mensonge complet, mais Andropov fut si convaincant qu'alors même que les troupes russes lançaient leur assaut final pour écraser la rébellion, l'Ambassadeur persuadait Nagy que l'Armée Rouge était en route pour la Russie.
Spymaster: My Thirty-Two Years in Intelligence and Espionage Against the West  –  2009 – Oleg Kalugin (p 255)

1 commentaire:

  1. Le hasard fait bien les choses puisque vous citez un passage qui parle d'Andropov alors que je fais actuellement quelques recherches sur les connections entre Andropov et Poutine durant les années KGB.

    Andropov était à Budapest depuis 1954, et l'insurrection date de 1956. Ensuite, cet homme a été nommé président du KGB en mai 1967. Il réforma profondément les services spéciaux soviétiques. Dés sa nomination il imprima au KGB une forte orientation vers le renseignement technologique et scientifique qui marquera l'entrée de ce service dans une nouvelle ère moderne.

    Le symbole de cette réorientation est la création de la Direction "T" (renseignement technologique) qui entra en service l'année même de la nomination d'Andropov.

    Enfin, dix plus tard, le 5 juillet 1978, Youri Andropov a établi le KGB comme "Comité d'Etat de l'URSS", chose importante car cela conférait à cet organe un statut pratiquement identique à celui d'un ministère placé sous le contrôle directe du Premier secrétaire du Parti et de l'organe le plus puissant de l'URSS, le Conseil de la Défense. L'état dans l'état est né à ce moment là, je dirai même plus, ce fut officialisé à ce moment là.

    Vladimir Poutine est donc entré au KGB lors de cette évolution. Tous ceux qui sont entrés au KGB pour satisfaire aux nouvelles orientations du renseignement au sein de la Première Direction Principale, la PGU, forment une génération appelée familièrement "les enfants d'Andropov" par la communauté guébiste, ce qui est lourd de sens.
    Cette génération accordera une importance toute particulière à l'informatique, aux télécommunications et au renseignement économique. L'URSS connaissait alors un retard considérable dans ces domaines par rapport aux Etats-Unis.

    RépondreSupprimer